Le CSE a lancé le projet GDZHAO à Dakar (Sénégal), du 11 au 13 septembre 2018

Le Centre de Suivi Ecologique (CSE) du Sénégal a procédé, les 11, 12 et 13 septembre
2018 à Dakar (Sénégal), au lancement officiel du projet « Gestion Durable des Zones
Humides pour le renforcement de la Sécurité Alimentaire et la Résilience des
écosystèmes en Afrique de l’Ouest » (GDZHAO), un des 13 projets financés par l’Union
européenne et l’Union Africaine, dans le cadre du programme GMES & Africa.

Le CSE est leader du Consortium comprenant des institutions de 8 pays de la sous-
région ouest africaine, notamment la Direction des parcs nationaux (DPN, Sénégal),

l’Institut Géographique du Burkina Faso (IGB, Burkina Faso), le Centre Universitaire de
Recherche et d’Application en Télédétection (CURAT, Université Houphouët Boigny de
Côte d’Ivoire), le Department of Parks and Wildlife Management (DPWM, Gambie), le
Center for Remote Sensing and Geographic Information Services (CERSGIS, Ghana), le
Centre d’Observation, de Surveillance et d’Information Environnementale (COSIE,
Guinée), la Direction de la Faune, de la Chasse et des Aires Protégées (DFCAP, Mali) et la
Direction Nationale des Eaux et Forêts (DNEF, Niger). À ce titre, le CSE agit en tant que
Centre régional de mise en œuvre (CRMO) du projet GDZHAO, d’un montant total de 2
millions d’Euros, dont 1,5 millions reçus du programme GMES & Africa et 0,5 million
comme contribution du Consortium, pour une durée de 3 ans.

L’objectif général du projet GDZHAO est de développer et de promouvoir un portefeuille
de produits et services basés sur l’exploitation des données d’Observation de la Terre,
afin d’améliorer les connaissances et les prises de décisions sur les zones humides ouest
africaines, dans une perspective de gestion durable de la sécurité alimentaire et de
renforcement de la résilience des communautés et des écosystèmes. A cet effet, le projet
GDZHAO envisage de développer l’Observatoire des zones humides d’Afrique de l’Ouest
qui, à travers un Géoportail de surveillance environnementale, fournira aux bénéficiaires
et utilisateurs des produits et services dérivés (i) de l’identification et de la délimitation
des zones humides ; (ii) du suivi de la dynamique des eaux de surface ; (iii) du suivi de la
qualité de l’eau ; (iv) du suivi de la végétation aquatique envahissante ; (v) de
l’inventaire et de la cartographie des écosystèmes de mangrove ; (vi) de la cartographie
des changements d’états de surface ; (vii) du suivi des usages des zones humides et (viii)
de la cartographie et du suivi des terres salées.
L’Observatoire des zones humides de l’Afrique de l’Ouest contribuera à la mise en œuvre
des politiques nationales et des plans de développement des zones humides. Il sera
également un outil d’aide à la réalisation des objectifs d’Aichi, à l’atteinte des objectifs de
développement durable (ODD 1, 2, 3, 6, 8, 13, 14 et 15) et à la mise en place d’un cadre
législatif et règlementaire harmonisé de gestion des zones humides dans l’espace
CEDEAO.

Réunion téléphonique des associations sénégalaises et françaises de l’information géographique ASPG – AFIGEO

Réunion téléphonique des associations sénégalaises et françaises de l’information géographique

 ASPG – AFIGEO

Le 27 novembre 2017

Participants :

Vincent Lecamus – Directeur d’IMMERGIS – Co animateur du Club international AFIGEO

Elise Ladurelle – Tikry  – Directrice des opérations – AFIGEO

Khalifa Ababacar Sarr – Chargé de la Communication ASPG (géographe-géomaticien – Université Sénégalaise – Centre Télédétection Nigeria) en poste au Ministère de l’aménagement  – resp. déchets

Dieynaba Seck – Trésorière ASPG – Responsable du Centre de suivi écologique du Sénégal

Ordre du jour de la réunion :

  • D’un bref tour de table des participants
  • D’une présentation de nos association respectives
  • D’un échange sur les projets 2018
  • Et éventuelles pistes de collaboration.
  1. Présentation de l’ASPG – Asso pro des professionnels de la géomatique

Rappel de la création de l’Association Sénégalaise des Professionnels de la Géomatique (ASPG) issue de l’AG Constitutive du 28 Juillet 2017 à Hotel Ngor Diarama présidée par Mr Mansour SY Ministre des Organisations Professionnelles. Cette Association d’utilité publique de droit sénégalais a finalement eu son récépissé du Ministère de l’Intérieur le 09 Août 2017.

Elle est composée d’Elus :

  • Souléye Wade – Président : Professeur d’université
  • Khalifa Ababacar Sarr, Chargé de la Communication – géographe-géomaticien – Université Sénégalaise – Centre Télédétection Nigeria- Ministère de l’aménagement – resp. déchets
  • MOCTAR : Vice-Président de l’ASPG
  • Dieynaba SECK – Trésorière – Centre de suivi écologique – Agence nationale de l’aménagement du territoire
  • Adama Amadou KANE

Principales activités d’animation menée actuellement :

  • animation d’une mailing list qui dépasse les frontières nationales (google groupe – 120 membres )
  • d’une page Facebook de 400 membres

En 2018 elle a le projet d’organiser une Conférence internationale de la géomatique annuelle au Sénégal qui dépasserait les frontières. .

L’ASPG ne dispose pour l’heure d’aucun salarié est basée sur le bénévolat.

Les projets immédiats :

  • organiser un système d’adhésion, et de délivrance de cartes d’adhérents
  • associer des membres d’office et honoraires.

Le contexte national :

Le Sénégal est doté d’un « Plan national géomatique », ainsi un groupe interdisciplinaire de concertation basé à l’Agence informatique se doit d’animer  cette politique. Un secteur considéré comme un outil d’aide à la décision par les décideurs avec une volonté d’accompagner le développement de la géomatique dans les territoires : actions de sensibilisation des associations de maires etc…

  1. Présentation de l’AFIGEO – Association française de l’information géographique :

Evolution de l’organisation interne avec 2 salariés :

  • ELT – Directrice des opérations
  • AB – secrétariat administrative
  • et un appui sur la com (annuaires, sites web externalisé)

+ de 20 ans d’existence

Une organisation en 3 pôles mais aussi des activités communes et  transversales :

  • Usages : collectivités, organismes publics
  • Entreprises : PME, grands groupes, consultants, éditeurs
  • Formation-Recherche : université, école d’ingénieurs
  • Elus du conseil par pôles, chacun dispose d’un annuaire qui se veut un observatoire du secteur : geoformation (avec Georezo), géoentreprises, plateformes territoriales, des publications événements associés
  • Anime un volet international
    • AFIGEO membre d’EUROGI (association européenne)
    • Club international qui avec un partenariat Business France permet d’organiser des missions et colloque à l’étranger pour les entreprises volontaires (2015 : Algérie, 2016 : Côte D’ivoire, projet en 2018 à définir : soit Sénégal soit Turquie soit Kenya), parfois les instances d’AFIGEO s’associent pour développer des relations plus « institutionnelles »)

Adhésion :

  • grille de cotisation selon la taille des organismes et des adhésions individuelles.
  • Des organismes publics nationaux adhèrent : IGN, CNES, SHOM,mais peu de Ministères.
  • le budget de l’asso est basé sur ces cotisations et un appui du Ministère de l’écologie
  • principe : toutes actions nécessitent un équilibre financier (si dépenses trouver des recettes via du sponsoring, pub ou droit d’inscription aux colloques organisés)

Le contexte national :

Les SIG sont bien implantés dans les collectivités territoriales et les Régions s’organisent autour de plateformes régionales de données géo mutualisées. AFIGEO anime ce réseau des plateformes qui constitue un intermédiaire entre les échelons local et national.

Malgré tout un secteur peu reconnu, qui nécessite des actions de sensibilisations. La France n’est pas dotée d’un tel « plan de la géomatique national » comme au Sénégalo, elle manque d’une réelle volonté portée au plus haut niveau:

Exemple d’actions de sensibilisation (publications ci dessous) pour divers cibles

– sur les métiers à promouvoir auprès des jeunes,

– auprès des décideurs et Elus

Ressources documentaires :

Annuaires / observatoires:

Publications de références :

Evènements :

  1. Relevé de décision :

Faire état de nos échanges lors des réunions respectives:

–  réunion du Conseil d’Administration d’AFIGEO le 08 décembre.

– prochaine réunion des instances de l’ASPG le 09 décembre.

Si l’ASPG organise un événement fin 2018 cela pourrait mobiliser AFIGEO ou faire coïncider le projet de mission du Club international AFIGEO.

Si AFIGEO organise un événement en juin-juillet 2018, l’ASPG pourra être représentée en partage d’expériences.

Les échanges se poursuivront par email et les newsletters (ex. : Lettre d’info AFIGEO) et autres supports pourront être diffusée.

AFIGEO mène une veille active (ex. : Veille et actu du Club international) et peut se faire relais de l’actualité des organisations sénégalaises dans le domaine de la géomatique.

African Association of Remote Sensing and the Environment

Objectif principal
L’objectif principal de l’AARSE est de sensibiliser les gouvernements africains et leurs institutions, le secteur privé et la société en général, aux avantages et aux avantages de développer, appliquer et utiliser de manière responsable les produits et services des systèmes d’observation de la Terre et de la géologie. -informatique.

Nos objectifs

Créer un environnement propice pour que le continent africain puisse tirer parti des programmes internationaux de science, de technologie et d’application spatiales, et y contribuer;

Aider ses membres ainsi que les communautés d’utilisateurs nationales, régionales et internationales en diffusant en temps opportun des informations scientifiques, techniques, politiques et programmatiques sur tous les aspects de la science et de la technologie spatiales;

Fournir un forum pour aborder les questions d’intérêt commun en organisant des conférences, des séminaires et des ateliers;

Promouvoir une coopération et une coordination accrues entre les pays africains, les institutions et les industries dans le développement de la technologie spatiale et son application aux ressources naturelles et aux problèmes environnementaux;

Promouvoir une meilleure appréciation des avantages de la technologie, en particulier de la télédétection et du Système d’information géographique (SIG) dans la poursuite d’un programme prioritaire africain pour la relance économique et le développement durable;

Echanger des vues et des idées sur la technologie, les systèmes, les politiques et les services des systèmes d’observation de la Terre et de la science de l’information géographique qui sont applicables à l’amélioration de l’Afrique;

Améliorer l’enseignement et la formation aux systèmes d’observation de la Terre et à la science de l’information géographique et collecter, évaluer et diffuser les résultats et les échecs des activités de télédétection du monde entier;

Réunir des experts en télédétection, SIG et problèmes environnementaux et favoriser une bonne compréhension entre les membres;

Promouvoir ou organiser des réunions publiques et des congrès avec des rapports scientifiques;

Conduire d’autres activités de télédétection et de SIG compatibles avec ses objectifs

L’AFIGEO noue des liens avec son homologue sénégalais

A l’occasion d’une réunion téléphonique le 27 novembre 2017, le Club International de l’AFIGEO a échangé avec les représentants de la jeune Association Sénégalaise des Professionnels de la Géomatique (ASPG). Présentation des activités et des projets respectifs des deux associations, identification de pistes de futures collaborations… Autant de sujets échangés qui peuvent déboucher sur d’intéressants projets géomatiques franco-sénégalais.

L’Analyse géo spatiale au service de la réduction de la pauvreté

Démontrer l’utilité l’analyse géo spatiale durant premières étapes du processus de formulation d’un Compact afin d’aider les efforts de diligence requise, l’élaboration des notes conceptuelles et la conception du projet, tel était l’objectif de l’étude géo spatiale qui a été menée dans le cadre de la formulation du second Programme MCA-Sénégal.

L’analyse géo spatiale (Analyse géo spatial Senegal_Annexe_Rapport)  a été conduite par M. Mamadou CISSE, expert en géomatique au sein de l’UFC MCA et Mme Dominique Duval-DIOP, Gender & Social Inclusion/Geospatial Information Advisor au sein de MCC.

Mme Diop et M. Cissé ont présenté les résultats préliminaires de leur étude aux experts de l’UFC MCA et de certains services techniques du gouvernement tels que l’Ansd, l’Aser, la Deec, la Senelec, l’Anat/Dtgc, et l’Adie, le mardi 22 août 2017. L’étude offre une cartographie complète des modèles géographiques des données socioéconomiques qui fournissent un aperçu large du contexte social, genre et environnemental du pays.  Pour Mme Diopceci est essentiel pour s’assurer d’une bonne prise en charge des besoins et de la participation les femmes et des personnes en situation de précarité.

Le rapport précise que l’analyse géo spatiale peut servir d’outil d’aide à la prise de décision dans le processus de développement du Deuxième Compact du Sénégal. « Il établira également l’avantage d’utiliser des données contextuelles secondaires en combinaison avec des données primaires basées sur des enquêtes qui seront collectées par l’équipe du MCC pour informer le développement du projet », a confié M. Cissé.

L’analyse couvre plusieurs domaines qui vont de l’environnement, aux questions de population et pauvreté, en passant par l’accès à l’électricité. De manière plus ciblée pour le second programme MCA-Sénégal, l’étude s’est intéressée à l’accès à l’électricité et à la répartition de l’activité économique mais aussi à la situation géo spatiale de niveau des projets.

Dans le cadre de l’étude, Mme Diop et M. Cissé ont eu à collecter des données sur la population, la consommation d’énergie, l’infrastructure et d’autres variables compilées à partir de sources de données ouvertes et combinées avec des données officielles recueillies auprès de divers organismes administratifs au sein du Gouvernement sénégalais.

Selon les experts en géomatiques, l’analyse devrait permettre d’orienter les ressources/investissements vers zones les plus pauvres ou les plus stratégiques pour impulser le développement.

Source : http://www.ucf-mcasn.com/lanalyse-geo-spatiale-au-service-de-la-reduction-de-la-pauvrete

ASPG : L’ASSEMBLEE GENERALE

Elle comprend les membres de l’association, à jour du versement de leur cotisation, ainsi que
les membres de droit et les membres d’honneur.
C’est l’organe suprême.
Elle se réunit au moins une fois l’an en session ordinaire sur convocation du Président et en
session extraordinaire chaque fois que les 2/3 des membres en expriment le souhait.
Son ordre du jour est fixé par le bureau.
STATUTS
Association Sénégalaise des Professionnels de la Géomatique (ASPG)
Rue 37 x Angle 24 Médina Immeuble Cheikh Ibrahima Niass Appartement 3C
2/4
L’assemblée générale délibère sur les rapports relatifs à la gestion du bureau et sur la situation
morale et financière de l’association.
Elle approuve les comptes de l’exercice clos, vote le budget d’administration.
Elle peut désigner, en dehors du bureau, une commission de contrôle composée de trois
membres chargés de procéder à la vérification des comptes de l’exercice clos : ce sont les
commissaires aux comptes.
L’assemblée générale se réunit avec la présence de la majorité plus un des membres de
l’association. Si ce quorum n’est pas atteint, il est convoqué avec le même ordre du jour une
deuxième assemblée, à huit jours au moins d’intervalle, qui délibère valablement quel que soit
le nombre des membres.
Les délibérations sont validées à la majorité des voix des membres présents à l’assemblée,
chaque membre étant inscrit à une voix.