Le CSE a lancé le projet GDZHAO à Dakar (Sénégal), du 11 au 13 septembre 2018

Le Centre de Suivi Ecologique (CSE) du Sénégal a procédé, les 11, 12 et 13 septembre
2018 à Dakar (Sénégal), au lancement officiel du projet « Gestion Durable des Zones
Humides pour le renforcement de la Sécurité Alimentaire et la Résilience des
écosystèmes en Afrique de l’Ouest » (GDZHAO), un des 13 projets financés par l’Union
européenne et l’Union Africaine, dans le cadre du programme GMES & Africa.

Le CSE est leader du Consortium comprenant des institutions de 8 pays de la sous-
région ouest africaine, notamment la Direction des parcs nationaux (DPN, Sénégal),

l’Institut Géographique du Burkina Faso (IGB, Burkina Faso), le Centre Universitaire de
Recherche et d’Application en Télédétection (CURAT, Université Houphouët Boigny de
Côte d’Ivoire), le Department of Parks and Wildlife Management (DPWM, Gambie), le
Center for Remote Sensing and Geographic Information Services (CERSGIS, Ghana), le
Centre d’Observation, de Surveillance et d’Information Environnementale (COSIE,
Guinée), la Direction de la Faune, de la Chasse et des Aires Protégées (DFCAP, Mali) et la
Direction Nationale des Eaux et Forêts (DNEF, Niger). À ce titre, le CSE agit en tant que
Centre régional de mise en œuvre (CRMO) du projet GDZHAO, d’un montant total de 2
millions d’Euros, dont 1,5 millions reçus du programme GMES & Africa et 0,5 million
comme contribution du Consortium, pour une durée de 3 ans.

L’objectif général du projet GDZHAO est de développer et de promouvoir un portefeuille
de produits et services basés sur l’exploitation des données d’Observation de la Terre,
afin d’améliorer les connaissances et les prises de décisions sur les zones humides ouest
africaines, dans une perspective de gestion durable de la sécurité alimentaire et de
renforcement de la résilience des communautés et des écosystèmes. A cet effet, le projet
GDZHAO envisage de développer l’Observatoire des zones humides d’Afrique de l’Ouest
qui, à travers un Géoportail de surveillance environnementale, fournira aux bénéficiaires
et utilisateurs des produits et services dérivés (i) de l’identification et de la délimitation
des zones humides ; (ii) du suivi de la dynamique des eaux de surface ; (iii) du suivi de la
qualité de l’eau ; (iv) du suivi de la végétation aquatique envahissante ; (v) de
l’inventaire et de la cartographie des écosystèmes de mangrove ; (vi) de la cartographie
des changements d’états de surface ; (vii) du suivi des usages des zones humides et (viii)
de la cartographie et du suivi des terres salées.
L’Observatoire des zones humides de l’Afrique de l’Ouest contribuera à la mise en œuvre
des politiques nationales et des plans de développement des zones humides. Il sera
également un outil d’aide à la réalisation des objectifs d’Aichi, à l’atteinte des objectifs de
développement durable (ODD 1, 2, 3, 6, 8, 13, 14 et 15) et à la mise en place d’un cadre
législatif et règlementaire harmonisé de gestion des zones humides dans l’espace
CEDEAO.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *