L’Analyse géo spatiale au service de la réduction de la pauvreté

Démontrer l’utilité l’analyse géo spatiale durant premières étapes du processus de formulation d’un Compact afin d’aider les efforts de diligence requise, l’élaboration des notes conceptuelles et la conception du projet, tel était l’objectif de l’étude géo spatiale qui a été menée dans le cadre de la formulation du second Programme MCA-Sénégal.

L’analyse géo spatiale (Analyse géo spatial Senegal_Annexe_Rapport)  a été conduite par M. Mamadou CISSE, expert en géomatique au sein de l’UFC MCA et Mme Dominique Duval-DIOP, Gender & Social Inclusion/Geospatial Information Advisor au sein de MCC.

Mme Diop et M. Cissé ont présenté les résultats préliminaires de leur étude aux experts de l’UFC MCA et de certains services techniques du gouvernement tels que l’Ansd, l’Aser, la Deec, la Senelec, l’Anat/Dtgc, et l’Adie, le mardi 22 août 2017. L’étude offre une cartographie complète des modèles géographiques des données socioéconomiques qui fournissent un aperçu large du contexte social, genre et environnemental du pays.  Pour Mme Diopceci est essentiel pour s’assurer d’une bonne prise en charge des besoins et de la participation les femmes et des personnes en situation de précarité.

Le rapport précise que l’analyse géo spatiale peut servir d’outil d’aide à la prise de décision dans le processus de développement du Deuxième Compact du Sénégal. « Il établira également l’avantage d’utiliser des données contextuelles secondaires en combinaison avec des données primaires basées sur des enquêtes qui seront collectées par l’équipe du MCC pour informer le développement du projet », a confié M. Cissé.

L’analyse couvre plusieurs domaines qui vont de l’environnement, aux questions de population et pauvreté, en passant par l’accès à l’électricité. De manière plus ciblée pour le second programme MCA-Sénégal, l’étude s’est intéressée à l’accès à l’électricité et à la répartition de l’activité économique mais aussi à la situation géo spatiale de niveau des projets.

Dans le cadre de l’étude, Mme Diop et M. Cissé ont eu à collecter des données sur la population, la consommation d’énergie, l’infrastructure et d’autres variables compilées à partir de sources de données ouvertes et combinées avec des données officielles recueillies auprès de divers organismes administratifs au sein du Gouvernement sénégalais.

Selon les experts en géomatiques, l’analyse devrait permettre d’orienter les ressources/investissements vers zones les plus pauvres ou les plus stratégiques pour impulser le développement.

Source : http://www.ucf-mcasn.com/lanalyse-geo-spatiale-au-service-de-la-reduction-de-la-pauvrete

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *